Quand j'ai croisé ce personnage au visage bourru et taillé à la serpe par les années et la mer, il a tout d'abord refusé de me raconter une histoire. "- Je n'ai rien à dire, explique-t-il, et qui diable cela pourrait-il intéresser ?" Euh... Moi ? Monsieur Jacques secoue la tête, la mine renfrognée. Non,... Lire la Suite →

Mes chers et fidèles amis lecteurs, Je me suis amusé. Si, si, j'ai pris une photo et je me suis amusé à lui donner un sens. Celui que j'avais en tête quand j'ai pris ce cliché de la chapelle des Marins, de Saint Vaast la Hougue. Cette dernière date du XIème siècle et une fois... Lire la Suite →

Ah, monsieur Jean... Toute la tendresse de ce village, où nous résidons depuis maintenant une semaine, sa gentillesse et ses sourires peuvent se retrouver dans ce grand bonhomme de 91 ans, martiniquais de naissance mais vrai saint vaastais. L'accent des îles chante encore dans sa bouche même si la casquette vissée sur le crâne dénonce... Lire la Suite →

A Saint Vaast la Hougue, il n'y a pas que des gueules. Il y a aussi des endroits. De vieilles maisons qui cachent des détails d'autrefois, des souvenirs d'une époque pas si lointaine et pourtant, déjà oubliée.Alors que nous marchions le long des rues étroites de ce petit village côtier, l'immense Vincent LR - dont... Lire la Suite →

L'amour qui tenait Louise C'est le Bon Dieu qui le tenait Le regard bleu sur Louise C'est le Bon Dieu qui l'éclairait La première fois que j'ai entendue cette chanson de Gérard Berliner, en 1983, je me suis demandé qui était cette Louise. Louise Michel ? Peut-être. Je ne sais pas, je n'ai jamais su.... Lire la Suite →

Au fur et à mesure des jours qui passent, le café du Commerce s'ouvre à nous. Les bouches se délient, les liens se créent. Si ce pittoresque établissement a ses pochetrons, le village a ses historiens. Qui, en l’occurrence, sont quatre femmes. Ou cinq, c'est selon. Impeccablement habillées, pimpantes et souriantes, ces dames viennent tous... Lire la Suite →

Dans les rues de Saint Vaast la Hougue, marche un singulier personnage. Petit sur pattes, habillé dans un éternel bleu de travail, il marche en gesticulant des bras, un peu comme une danseuse boiteuse... Ce singulier personnage s'appelle René mais ici, au Commerce, tout le monde l'appelle Néné. Le grand Vincent LR a déjà fait... Lire la Suite →

Dans le café du Commerce, tenu par l'Anglais - voir mes autres billets des jours précédents - des clients s'arrêtent au comptoir. Ils sont timides et gauches mais tous regardent nos appareils avec curiosité. Qui sommes-nous ? Pourquoi les photographier, eux, que personne ne regarde ? J'ai tellement envie de leur parler de Doisneau et... Lire la Suite →

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :