Pendant que j'y pense...

Dani Lary a démarré sa tournée. Un gros Barnum : trente deux comédiens et techniciens, six semi remorques. Il n’y a pas à dire, c’est du sérieux… Alors, quand une de mes photos sert pour la promo et autres diffusions dans la presse locale, je suis un peu fier, voyez-vous…

I love you. All of you. And Lulu.

Publicités

Il y aura à manger

20120927-105142.jpg

Ah, mes chers amis lecteurs…

Il est des moments où la vie nous offre de savoureux moments de tendresse. Quand on les vit, on est en droit de penser que l’espèce humaine n’est peut être pas si mauvaise…

En regardant cette photo, vous êtes en droit de vous demander : -« Que se disent-ils ? »
Ne dites rien, je le sais. Du moins, je le devine. Votre curiosité légendaire vous trahira.
Ces braves gens montent avec moi dans le train qui roule sur Saint Lazare. Lui a les cheveux gras, des grosses mains aux ongles sales et mal coupés. Elle est beaucoup plus jeune, bien propre sur elle. Sa voix est haute et assez agréable.

L’homme laisse tomber :
-« Tout va bien. Il y a des steaks hachés dans le congélateur. »

Contrairement à ce que vous pourriez penser, cette phrase ne me fait pas sourire. Je sais qu’il est de plus en plus difficile de bien se nourrir. Néanmoins, j’écoute, comme ça, l’air de rien.

Elle répond :
– » Je viens d’acheter pour environ 70 euros de course. Non, non, ça ira. Tu as les pâtes au poulet. Des tomates farcies. Ah, il y aussi du boudin aux pommes pour demain soir. »
Elle secoue la tête :
« -Non, ça ira. »
Un ange passe alors. J’en profite pour sortir mon iPhone et commence à écrire ce billet. Car l’affaire est belle, vous me direz. Il parle de steaks hachés. Elle le gronde gentiment en lui parlant de boudin aux pommes. Pas la même chose. Il y a , comme qui dirait, du voyage.

Lui prend son téléphone et appelle quelqu’un quelque part. Une personne doit donc décrocher car il démarre aussi sec :
-« Ah non ! Tu nous attends ! Tu ne passes pas à table ! »
Petite note : il est onze heures du matin…
-« Tu nous attends ! Je t’ai acheté du pain frais.  »

Soixante dix euros de pain frais ?

Il raccroche. Reprend la conversation avec la jeune fille. Parle encore de bouffe. Mon vieux, même s’ils ont l’air fauchés, mieux vaut peut être les avoir en photo que de les inviter à dîner.

Nous voici arrivés à Bondy. Ils descendent du train. J’entends encore leur conversation. Elle va obéir au docteur qui lui a demandé de se mettre au régime pendant un mois. Et juste comme elle pose le pied sur le quai, elle conclut :
-« Le docteur à dit. J’obéis. Je boirai du Coca light Zéro. »

Voilà. Pas de boudin aux pommes, ni même de tomates farcies. Du Coca light zéro.

Mais qu’est ce que j’ai, moi ?

J’ai faim.

I love you. All of you. And Lulu

Bien sûr…

Ce matin, alors que je pars chez Cauet, mon œil tombe sur une publicité de la RATP. Elle parle de la vie nocturne et des bus noctambules. Je ne fais pas trop attention mais mon œil ne peut s’empêcher de trainer. Il note ce que je n’ai pas du avoir le temps de voir, envoie un signal haut et fort à mon cerveau. Du coup, ce dernier lui ordonne de faire demi tour en vue de prendre une petite photo.

20120924-094425.jpg

Vous souvenez vous que ce n’est pas la première fois que je relève ce genre d’énormités au sein de la régie des transports parisiens.

La coquille est belle. Je la montre. Maintenant, deux choses : soit le service de com de la RATP se montre plus exigeant vis à vis de ses slogans. Soit, il change le type chargé de la vérification de ces derniers. Dans tous les cas, ça revient au même : ils sont doués.

ÉDIT : la vie n’est pas noturne. Elle est noCturne !!!

I love you. All of you. And Lulu

Zumba

Ne me demandez pas ce que je fais à Beauvais. J’y suis, voilà tout. Je suis assis à une terrasse de café. Et pas n’importe lequel, je vous prie.
20120922-153221.jpg

Je sais, je sais, c’est fou ce que je voyage. New-York, Vienne et… Beauvais. Donc, vous disais-je avant que vous ne m’interrompiez, je suis assis à la terrasse du café du Centre. Soudain, la musique éclate. Électronique et bruyante, rythmée et entraînante. Je lève la tête. Des jeunes femmes font une démonstration de Zumba.

20120922-153236.jpg
Au moment où j’écris ces lignes, elles sont encore là, belles… Non. Pas belles. Pas mal et souriantes. Oui, c’est mieux. Elles frappent dans leurs mains, se déhanchent sur le rythme de la musique qui maintenant est plus zouk qu’électro.

Des filles, de la Zumba et Beauvais. Pour un peu, ce serait presque du OSS 117. Il ne manque plus que Lulu pour parfaire le tableau. D’ailleurs, ça tombe bien : elle est avec moi.

I love you. All of you. And Lulu

Bizarre…

Ah, mes chers amis lecteurs… Tout cela est très bizarre. Avez vous déjà, une fois, pris un TGV sans qu’il n’y ait personne dans le wagon ? Hein ? Seul, votre bagage posé à sa place vous rappelle que vous n’êtes pas en train de rêver…

Comme je connais votre mauvaise foi, et partant du principe qu’une information sans photo n’est pas crédible, j’ai immortalisé le moment.

20120922-102524.jpg

Hein ? C’est strange ? Ça ressemble à de la quatrième dimension bizarre, vous ne trouvez pas ?

Retour à la réalité : j’ai pris un autre train. Un de banlieue et pour le coup, il était loin d’être vide, celui-là.

20120922-103542.jpg

I love you. All of you. And Lulu.

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :