De belles retrouvailles

Peut être ne le saviez-vous pas, peut être le saviez-vous. Peu importe. Pendant sept ans, j’ai été l’inconnu le plus célèbre de France en prêtant ma voix et mon humour à Bill du BigDil.

Le père Lagaf, mine de rien, ça va faire pas loin de trente piges que je le connais. Un bail, quoi… Nous l’avons constaté ensemble alors que l’animateur venait juste d’accepter de jouer le jeu du Myself.

20130528-110837.jpg

Je suis allé faire quelques photos du plateau de son émission. Dont ce portrait.

Nous avons été heureux de nous retrouver. Une collaboration artistique de dix ans, une amitié de trente ans : qu’importe les différents, la vie continue et les sourires restent. Pour réchauffer mes vieux os, c’est amplement suffisant.

I love you. All of you. And Lulu.

Ce n’est pas parce qu’on a rien à voir qu’il ne faut rien photographier

Nous voilà de retour, ma Lulu et moi. Nous étions à Nantes. Je vous vois venir, bande de petits coquins. Est ce que j’ai fait LA photo hommage ?

Lulu ? Nantes ? Elle en prenait au petit déjeuner ?

Il faut vraiment tout vous expliquer. Les Tontons Flingueurs, film culte de notre culture populaire, la scène de la cuisine ?

Vous savez quoi ? Allez le regarder et revenez me voir ensuite.

Pour les autres, oui, il y a eu un petit clin d’œil.

20130520-142932.jpg

Mais je ne souhaitais pas parler de ça. Vous remarquerez que la météo locale n’est pas très bonne. Pluie, grisaille, froid. Pour un mois de mai, je fais ce qu’il le plaît mais je ne me découvre pas d’un fil.

Pendant que Lulu pilote son char, je regarde l’horizon. C’est vrai que c’est triste dehors. Mais ça pourrait être beau… Il suffit que je vous montre comment je vois cette grisaille.

20130520-143552.jpg

Mon côté optimiste voit certainement le verre à moitié plein mais quand tout est si sombre, autant regarder la petite flamme qui cherche à trouer les ténèbres.

20130520-143844.jpg

Ces deux clichés ont été pris avec mon petit Leica. Retravaillées dans la voiture avec le IPhone – technologie Flashair – et un logiciel. Maintenant, voici ce que donne le capteur photo du iPhone.

20130520-144149.jpg

La photo est différente. Mais encore une fois, peu importe l’appareil, c’est l’œil qui décide.

Bon, je vais peut-être vous laisser. La pluie tambourine contre la voiture. Le bruit est prenant. Lulu grogne. Il fait mauvais dehors. Pas la peine que ce soit le cas dedans.

I love you. All of you. And Lulu.

Monsieur Guéant, s’il vous plaît ?

Mes chers et fidèles amis lecteurs,

Vous allez m’en vouloir, j’en suis convaincu, mais je vais profiter de cet espace culturel qu’est ce blog pour écrire une lettre ouverte à monsieur Guéant.

Cher monsieur Guéant,

Pardonnez moi de vous déranger au milieu de vos affaires mais je viens d’apprendre par la presse radiophonique que vous aviez vendu deux tableaux à un confrère malaisien au prix fabuleux de 500000 euros.

En lisant davantage, je découvre que la valeur moyenne de ces tableaux (Peints par Andries Van Eervelt (1590 – 1652)), selon les experts, est de 40000 euros.

Monsieur Guéant, j’ai l’honneur de vous présenter mon dernier Myself :

20130502-193815.jpg

J’estime qu’il vaut 300 ou 400 euros. Seriez-vous d’accords pour le vendre à un de vos confrères – français ou international, je m’en fiche – à votre échelle de prix ? Dans le cas présent, 10000 euros est un prix qui me conviendrait bien.

Évidemment, je serai disposé à payer les taxes et autres impôts.

Dans l’espoir d’une réponse qui, je l’espère, sera positive, je vous prie de croire, monsieur, en l’image de mes sentiments les plus respectueux.

Voilà. Ça, c’est fait. Et si jamais l’ancien ministre de l’intérieur accepte d’être mon agent, en vérité, je vous le dis, je marcherai vers la gloire à pas de Guéant.

I love you. All of you. And Lulu.