Myself s’expose : l’intégrale !

En un an, il s’en est passé des choses. Ce que certains prenaient pour impossible, d’autres l’ont pris pour incroyable. Et voilà comment mes Myselfs et leurs aventures se sont retrouvées à l’hôtel de la Renaissance et au Mans. Puis au Buddha Bar. Avant de partir au festival de la photographie de Dax. Je pensais conclure ces aventures au festival de photo-journalisme – excusez du peu – de Barro en Charente.

Mais non.

Ceci peut servir d'invitation

Ceci peut servir d’invitation

Pour démarrer l’année 2017, l’espace culturel de Courbevoie, l’espace Carpeaux, a choisi d’exposer l’intégrale des Myselfs. À partir du 4 janvier 2017, c’est plus de 50 Myselfs qui vont de montrer. Voire même se dévoiler puisque des inédits seront exposés pour la première fois.

Il y a quelques petites années, certains photographes avaient été plutôt pessimistes sur l’avenir de mes créations. Je ne me suis jamais vexé. Au contraire, cela m’a servi de moteur pour avancer plus loin et plus fort, avec toujours plus d’ambition(s). Finalement, la critique est une forme d’art qui bouscule ce dernier.

Le 4 janvier, c’est vernissage. Chiche qu’on s’y retrouve ?

I love you. All of you. And Lulu.

Myself s’expose : l’intégrale !

C’est officiel. 

Pour démarrer son programme culturel de l’année 2017, l’espace Carpeaux a choisi d’exposer les Myself. À partir du 4 janvier, et pendant un mois, TOUS les Myself seront là. Une dizaine d’inédits, des projets et des esquisses : venez découvrir tout l’univers des Myself. Une petite cerise sur le gâteau ? Un Myself à 50 personnages sera montré pour la première fois. 

Vernissage le 4 janvier, à 19 heures, sur invitation. 
Rapprochez vous de moi si vous en voulez une. 
Be Myself. People will love you.

I love you. All of you. And Lulu. 

Le dernier Myself

Image

Tous droits réservés Gilles Vautier

Tous droits réservés Gilles Vautier

Fait en pleine nuit. D’un coup, d’un seul. De quoi avais-je besoin ? D’une piscine, de soleil et de modèles patients et beaux. Ce fut peut-être le plus dur à trouver… Just kidding.

Un petit clin d’œil au vintage des années 60 dont je suis particulièrement friand.

Ce matin, Lulu m’a dit : « – Je voudrais faire un Myself mais comme un… »

La suite au prochain épisode, les aminches.

I love you. All fo you. And Lulu.