Le bateau malheur

Ce bateau, mes chers et fidèles amis lecteurs, s’appelle le Burano. En allant boire un café au café du Commerce de Saint Vaast la Hougue, avec l’excellent Vincent LR, les gens du coin, étonnés de voir des photographes s’intéresser à un bateau laissé pour compte sur un quai – c’est, du moins, l’impression qu’il donneLire la suite « Le bateau malheur »

Bordel, enfin de la tendresse !

Ah, putain que c’est bon ! Des photos tendres et chaleureuses, sincères et nostalgiques… Oui, mes chers et fidèles amis lecteurs, j’ai totalement craqué sur le travail d’un américain : Tom Hussey. Et surtout, sur sa magnifique série : Reflections.

Du Doisneau et les Halles de mon enfance : que demander de plus ?

Le RER arrive à Gare de Lyon. Je vais aller me poser une fesse, prendre le temps de vous raconter, mes chers et fidèles amis lecteurs, la belle expérience que je viens de vivre.

Un défi ?

Comment vous raconter cette anecdote ? En commançant par son début, me diriez-vous, la bouche en forme de sarcasme et la verve pleine de malice… Ah, mes chers et fidèles amis lecteurs, je vous sens tellement sarcastiques. Donc, le début. Je voudrais vous parler de Vincent Leroy. Certains d’entre vous le connaissent peut-être. les autresLire la suite « Un défi ? »

Monsieur Guéant, s’il vous plaît ?

Mes chers et fidèles amis lecteurs, Vous allez m’en vouloir, j’en suis convaincu, mais je vais profiter de cet espace culturel qu’est ce blog pour écrire une lettre ouverte à monsieur Guéant. Cher monsieur Guéant, Pardonnez moi de vous déranger au milieu de vos affaires mais je viens d’apprendre par la presse radiophonique que vousLire la suite « Monsieur Guéant, s’il vous plaît ? »

Depardieu n’est pas mort…

Voilà la couverture des Inrockuptibles : C’était Depardieu. 1948-2013. Je ne voudrais vexer personne et surtout pas les éminences grises qui l’ont confectionné mais je trouve cette couv’ – ouais, je connais des mots, fils de journaliste oblige – particulièrement mauvaise. Au fond, Depardieu, c’est qui, hein ? Un homme mort selon les Inrockuptibles ?

Et de deux…

Je suis content. Et je vais vous dire pourquoi, mes chers et fidèles amis lecteurs. Apple vient d’accepter mon deuxième livre : New-York en instanmatic. Lors d’un de mes voyages dans cette ville de fous, je suis parti sans apporter un seul appareil photo avec moi. Vous le croyez, ça ? Rien, ni reflex, niLire la suite « Et de deux… »

Et un autre pan d’enfance, un !

Dans la rue Jean-Jacques Rousseau, où j'ai vécu gamin, existe une authentique curiosité parisienne : la galerie Véro- Dodat. ; Pure splendeur du dix neuvième siècle (1826) cette merveille fut dessinée et financée par un charcutier – Qui a dit que ces derniers étaient de gros bœufs ? – monsieur Benoît Véro et un financier,Lire la suite « Et un autre pan d’enfance, un ! »