Enfin, c’est devenu public…


Merci au très sérieux 60 millions de consommateurs de mettre les pieds dans le plat. 

Je suis abonné chez SFR depuis une vingtaine d’années. Je n’avais rien de spécial à reprocher à l’opérateur. Je le trouvais même assez bon. Oui, mais voilà, si on part du principe que toute histoire d’amour finit mal, en général, il est indispensable de nommer le poison qui a détruit la dite belle histoire : Patrick Drahi. 

Depuis que l’homme d’affaires a racheté en 2014, par le biais de sa société Altice, l’opérateur, tout va mal, très mal. Je paye des factures inexpliquées. Les prix augmentent mystérieusement. Techniquement, c’est pire. Je ne peux terminer une seule conversation téléphonique sans qu’elle ne soit obligatoirement coupée. Et je ne parle pas de la couverture 4G qui est de plus en plus mauvaise. Voire inexistante. 

Tous ces maux s’expliquent par un seul mot que monsieur Drahi martèle : rentabilité. Il veut désormais que SFR rapporte de l’argent. Intention plus que normale, on n’achète pas une société pour le plaisir de la regarder. Alors, les prestataires de SFR ne sont plus payés. Ou alors, très, très longtemps après les services rendus. Le client que je suis voit ses prix augmenter sans que rien ne soit expliqué. C’est limite escroquerie. 

Évidemment, prendre une telle décision impose des sacrifices : le service client est mis en première ligne et à des questions précises, répond par des silences gênants ou des positionnements bidons  ( -« Je comprends tout à fait votre situation et je vais essayer de vous aider « ). J’ai entendu que les employés de SFR eux-mêmes vivaient un cauchemar au quotidien. 

Bref, on revient encore et toujours au refrain désormais légendaire : Pour faire du pognon, prenons les clients pour des cons. 

Je vais aller voir Orange ce qu’ils proposent. Parce que, désolé, monsieur Brahi, mais techniquement, votre réseau est devenu à la téléphonie française ce que Macdo est à la gastronomie française : une grosse épine plantée dans le cul. Et franchement, j’en ai marre d’avoir les fesses qui piquent. 

Je vous laisse réfléchir là-dessus…

I love you. All of you. And Lulu. 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :