Ca, c’est beau.

Voulez-vous savoir pourquoi je kiffe autant la photographie ? Tellement plus que la scène et la télévision ? Mais oui, vous êtes curieux, mes chers et fidèles amis lecteurs, je le sais, ne dîtes rien… Vous avez envie de découvrir mon Moi profond, ne dîtes rien, c’est humain, vous êtes tellement curieux.

Je vais vous le dire.La photographie permet de voir l’âme. Regardez cette petite gosse lever ses bras minuscules, cherchant ce qui lui semble être beau ou parfait. Ce n’est plus une gamine, c’est un être plein de grâce. Vous comprenez mon propos ?

Tous droits réservés Gilles Vautier - 2013
Tous droits réservés Gilles Vautier – 2013

Je sais, je sais, je vous vois arriver. Pourtant, et quoi que vous en pensiez, je ne prends aucun médicament susceptible d’augmenter mon taux hallucinogène. Mais la chose est vraie. Laissez-moi vous raconter pourquoi.

Un jour de je ne sais plus quel mois – et de toutes manières, on s’en fiche – la chorégraphe Eve Buscaglia, feuilletant au hasard du web des photographies, a craqué sur ma petite série : La Danse des Anges. Elle me téléphone et me propose de venir photographier son spectacle de fin d’année qu’elle monte au théâtre national de Nice.

Voilà pourquoi au début du mois de juillet, je me retrouve à shooter des gamines de 5 à 55 ans, dansant sur les rythmes endiablés de Michaël Jackson et autres tubes modernes, sur les planches du théâtre national de Nice.

Voir ces jeunes – ou un peu moins – filles danser ensemble, chercher la beauté dans leurs gestes, la grâce dans leurs mouvements sous les yeux d’un professeur exigeant et perfectionniste m’a motivé à chercher les angles et les contrejours.

En revoyant les photos, j’ai été touché par la fragilité de ces danseuses non-professionnelles réunies, leur sensibilité à fleur de peau.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pendant le spectacle, je n’ai pas pu m’attarder sur l’élégance des postures et de l’harmonie des corps ne faisant plus qu’un. J’ai couru des coulisses aux balcons, de l’orchestre aux loges. Avec en guise de chaussures de sport, des Todd’s en velours, dernières survivantes de ma période de gloire télévisuelle. Autant ces pompes sont jolies, autant elles valent peau de balle pour tentatives de records d’escalade d’escaliers… Bref, il m’était difficile de calmer mon rythme olympique pour apprécier le spectacle. C’est en « dérushant » – expression inventée par votre serviteur désignant le tri des photos – que je devine les efforts extraordinaires de ces gosses à vouloir être parfaites.  Pour faire plaisir à leur famille ? Parce qu’elles sont conscientes d’atteindre autre chose ? Parce qu’elles s’enivrent déjà des ambiances que, seule, une scène peut procurer ?

Je n’en sais rien. De toutes façons, ça n’a aucune espèce d’importance.

C’est beau. Tellement que ça donne envie de reprendre goût en nous. Nous sommes capables du pire, de l’égoïsme et de l’indifférence. Mais voir ces gamines danser ensemble, si gracieuses, si élégantes montrent que le fondamental de ce qui nous fait et ce qui nous construit n’est pas mort. Juste endormi.

Mais comme nous avons tous arrêté de danser depuis de nombreuses années, ce n’est pas près de se réveiller. L’espoir reste permis…

I love you. All of you. And Lulu.

Publicités

Un commentaire sur “Ca, c’est beau.

Ajouter un commentaire

  1. Bravo Gillou, Ton art est si grand dans la photographie, que je t’invite à l’exercer en Lorraine… Il y a tant de belles choses… Amitiés Le colonel…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :