Adèle, la blog trotteuse…

A l’époque du Carré Blanc, où mes collègues de bureau s’appelaient Bruno Salomone, Jean Dujardin et autres Dani Boon, alors que je faisais mes premières armes dans l’humour, une des serveuses de l’endroit faisait des ravages auprès de la clientèle masculine.

Adèle avait ce sourire éternel accroché aux lèvres, mélange de gentillesse et de nonchalance. Elle se faufilait comme personne pour aller chercher des verres à des endroits où aucun alpiniste professionnel n’aurait mis les pieds et savait être ferme devant les gestes égarés des séducteurs nocturnes…

La vie nous a séparés mais grâce à Facebook, j’ai retrouvé la belle vivant à New-York. Mariée à Sebastian Smith, correspondant de l’AFP, un type qui écrit mieux que moi – faut le faire, non ? – et élevant deux petites filles aussi belles que pestouilles, elle est devenue correspondante du Figaro dans la ville mythique.Quand je suis retourné à Manhattan, ma première visite fut pour Adèle.

Mais je ne suis pas là pour vous raconter ma vie…

Quoique…

Adèle, avant d’être une journaliste de talent, est surtout une voyageuse maritime. le bateau, ça lui cause. Je devrais dire, ça leur cause. Parce que toute la famille Smith est partie en mer, pendant un an. Je les croyais descendre toute la côte est des Etats-Unis mais bon, voilà que je les retrouve dans les Açores. Le père, la mère et les trois gamines, faut vraiment aimer ça…

Quoiqu’il en soit, dans des moments que je ne cesse de critiquer, dans une étroitesse d’esprit chaque jour plus grande, dans cette société où la générosité et l’indulgence sont remplacées par la délation et l’égoïsme, et où – c’est là peut-être le pire – personne ne dit rien parce que tout le monde s’en fout, le récit d’Adèle traversant les océans est un vrai soleil trouant les nuages sombres de mon quotidien. Il suffit de lire cet article où elle rencontre un authentique chasseur d’épaves des océans pour retrouver une âme d’enfant, croire que c’est possible pour chacun d’entre nous. Et pour vous mettre un peu de pression, vous me connaissez, je ne vais pas vous laisser dans cet état, l’homme en question est un français, Philippe Rouja, nommé par le gouvernement bermudien gestionnaire officiel du parc à épaves des îles.

Image

Les photos sont simples et belles, toujours évocatrices. On voyage, on se laisse aller.

Vous savez ce qu’il vous reste à faire : cliquez sur ce lien.

Lisez un article et faîtes passer à vos potes qui ont besoin de soleil. Ca fera plaisir à tout le monde, vos copains dépressifs, vous, ma pomme et surtout, Adèle.

Bonnes vacances…

I love you, all of you. And Lulu.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s