Il en faut pour tout le monde…

À la personne qui s’est engouffrée derrière moi, à la gare du RER de Chelles Gournay, pressée de franchir le portillon.
Vous êtes un homme assez grand et jeune, pas trop vilain de votre personne mais pourtant, votre visage ne reflète pas les signes d’une grande intelligence.

Parce que mon Navigo n’a pas été reconnu tout de suite par la machine de la RATP, il a fallu que je sorte celui ci de mon portefeuille, vous faisant perdre dix secondes de ce qui semble être votre précieux temps…

Vous avez pesté, imitant ainsi et plutôt bien, j’en conviens, les soupirs d’une locomotive à vapeur. Quand je vous ai gentiment fait remarquer que ce n’était pas grave et que de surcroît, vous n’aviez pas raté votre train – unique si j’en juge votre motivation à l’attraper – vous m’avez répondu par une théorie impressionnante sur la lenteur des gens, proportionnelle à la fréquence de planquer le Navigo dans un sac ou autre. Avant de conclure par un :  » Vous êtes chiant ! »

Cher monsieur, je vous répondrais que vous êtes un Con.

Un authentique, de pure race et malheureusement, un de ceux dont le type se répand de plus en plus.

Il y a peu de chances que vous lisiez ce blog, votre intellect apparemment limité ne vous le permettant sans doute pas.

Dommage, vous apprendre à réfléchir m’aurait fait plaisir. Parce que je maintiens ce que j’ai essayé de vous faire comprendre : tout cela n’est pas grave.

J’ai bien compris que vous perdiez votre vie a la gagner et malheureusement, vous n’êtes pas seul. Nous sommes une majorité dans votre cas. Est ce cependant une raison pour être désagréable et méprisant ? Non, je ne le pense pas.

Je suis maintenant désolé de vous avoir fait perdre votre temps. Quelques secondes, tout au plus. Mais, grâce à vous et votre mauvaise foi, j’ai compris pourquoi je devais continuer à faire ce que j’ai toujours fait.

Vous faire rire. Vous en avez sacrément besoin.

I love you. All of you. And Lulu.

Publicités

3 réflexions au sujet de « Il en faut pour tout le monde… »

  1. Cher Gillou, je suis désolée d’être aussi du côté du Con de ce matin… non que ce soit grave, et tant mieux si ce monsieur n’a pas raté son train, mais je comprends tout à fait sa réaction : la fainéantise des parisiens s’est étendue au pass navigo, effectivement planqué au fin fond des sacs et du coup, ne fonctionnant bien qu’1 fois sur 5 en moyenne! Arghhhhh ! Alors qu’il devrait être tenu dans la poche pour être sorti au moment opportun!
    ça m’exaspère tous les soirs, alors que je compte les secondes pour rentrer chez moi retrouver les miens, et sauter dans mon train (qui n’arrive au mieux que tous les 1/4 d’h, voire toutes les 30 min) et que je suis bloquée devant les portillons à cause de ces pass Navigo perdus au fond des sacs en tout genres et qui me font parfois rater mon train et perdre un temps précieux!
    Je ne peux plus les voir en peinture : je suis au ticket, un fidèle ami qui fonctionne lui à tous les coups (ou presque!)

      • Oui, tu as raison…
        C’est certain que je râle le soir lorsque je me dépêche pour retrouver ma famille…………… beaucoup moins le matin pour aller au boulot!!!! Mais il y a beaucoup d’hommes pour qui le boulot est une échappatoire du quotidien familial… surtout après tout est WE… il devait péter un plomb et être pressé de retrouver son beau bureau inerte et froid…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s