Juste un pote

Lulu a un petit chien.

Un pur race, je vous prie. Un Jack Russell Parson, haut sur pattes, noir et blanc. redoutable d’énergie et d’intelligence.

Un bon copain, fidèle et apaisant.

Certes, Uno – c’est son nom – est toujours le premier à faire une connerie mais ce chien a un regard tellement craquant qu’il se fait tout pardonner dans l’instant.

Uno

Pourquoi ces lignes sur ce petit chien ?

Uno est entre la vie et la mort à Maison-Alfort.

A force de chasser dans la maison les rares souris qui avaient échappé à la traque du dératisateur, le chien a mangé une pastille empoisonnée que ce dernier a laissé dans la cave de la maison. Le principe de ce « bonbon » est simple : il se dissout très lentement dans l’organisme du rongeur. L’animal meurt, victime d’une hémorragie interne importante.

Uno a perdu beaucoup, beaucoup de sang. Hier soir, il s’est couché sans traîner, un peu genre : – » Je suis crevé, moi, je vais au pieu. A demain, ça ira mieux… »
Oui, mais voilà, ce soir, il ne tenait plus sur ses pattes.

Au moment où j’écris ces lignes, il est sous transfusion. Les médecins sont réservés. 50/50, disent-ils.

Je suis quand même irrité.

Lulu a appelé le vétérinaire qui n’avait pas de matériel pour les premiers soins. A quoi sert-il donc d(être vétérinaire de garde ? Donc, sur les conseils de celle-ci, ma chère et tendre file à la clinique de Vincennes. Arrivée là-bas, les urgentistes s’aperçoivent qu’ils n’ont pas de vitamine K – un coagulant – pour stopper les saignements du chien. A quoi sert le panneau Urgences accroché sur la porte de ce soi-disant hôpital ?

Cette fois, Lucie fonce à Maison-Alfort, anxieuse pour son chien, consciente que ces deux heures perdues peuvent coûter la vie à Uno. Dans la voiture, celui-ci ne bouge pratiquement plus.

« – Allez-y, madame, foncez ! Lancent les vétérinaires de Vincennes quand Lucie démarre, nous prévenons la clinique de Maisons-Alfort ! »

Quand Lulu arrivera à destination, personne n’aura été informé. A quoi sert le téléphone si personne ne s’en sert ?

J’en veux également au dératisateur. Il a assuré, d’un ton mi-crâneur mi-arrogant, que le chien pouvait manger le poison : il aurait mal au ventre, comme un bébé qui mange trop de bonbon.

Quel imbécile.

J’ai gardé Uno pendant un mois cet été à la maison. Il a été le plus cool des chiens, attendant avec hâte que je le promène dès mon réveil – moins cool, ça, par contre – et pissant sur tous les murs de Saint-Martin, clamant haut et fort que la ville était son territoire.

Je sais que ce petit teigneux va s’accrocher au souffle de vie qui lui reste. J’espère juste qu’il aura la force nécessaire de maintenir le cap.

Voyez-vous, Uno est plus qu’un chien. Cet été, nous nous sommes attachés l’un à l’autre. Sans un mot, avec le regard et le geste. Je ne suis pas pour avoir un chien chez soi, je dis toujours que c’est une trop grosses responsabilité.

Maintenant, je comprends ce que ça veut dire.

Etre fidèle à un chien comme ce dernier l’est avec nous n’est pas une responsabilité mais un devoir sacré, un serment de fidélité et d’allégeance.

Comme celui qu’on se fait le jour où on trouve son meilleur ami.

I love you. All of you. And Lulu. More than ever.

Publicités

Une réflexion au sujet de « Juste un pote »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s