Bienvenue chez Cauet

Cauet, je l’ai connu il y a quelques années quand j’avais été invité à sa matinale radiophonique sur… Il me semble que c’était Fun Radio.

Je jouais Bill sur le BigDil et, curieux, l’animateur m’avait proposé de faire partie de l’émission. Le courant était bien passé entre nous deux et nous avions logiquement sympathisé. De là à devenir des potes, franchement, non. Mais quand nos chemins se sont croisés encore – chez Jean-Luc Reichmann – Cauet m’a reconnu et en me serrant la main, m’a lancé un bien gentil : “- Comment ça va, mon poulet ? “

Cauet sur scène, au Palais des Glaces

Aujourd’hui, je suis le photographe de plateau de son émission. Il a accepté mes objectifs et ma discrétion – merci aussi à monsieur Papet – et une ou deux fois par mois, je me retrouve sur le plateau de “Bienvenue chez Cauet”. Le principe est simple : l’animateur reçoit des invités people chez lui – le plateau ressemble à une grande salle à manger – et les interviews se succèdent, interrompues régulièrement par des personnages haut en couleurs – Mama Conakry ou Chartier, le gardien de l’immeuble qui veut “défoncer” tout le monde, Brigitte la gardienne de l’immeuble ou Jeff, le roommate de Cauet qui est toujours en peignoir de bain – sous la bénédiction de l’animateur. C’est rigolo, rythmé et comme ça s’adresse à la clientèle NRJ12, ce n’est pas franchement le répertoire de l’Académie Française. Qu’importe, on a le sourire jusqu’aux oreilles.

Techniquement, pour mes objectifs, ce n’est pas difficile. Le plateau est bien éclaire, à tel point qu’il n’est pas rare que je sous-expose mes photos d’un clic ou deux. Si je me fie à l’analyse des cellules photo de mes boitiers, les visages sont bien cramés. Alors, je diminue l’entrée de lumière, je sous-expose et évite que les visages soient blafards ou trop éclairés. Ca, c’est pour les techniciens. Pour les artistes, photographier des people, c’est comme un mariage, tu en choisis un et tu ne le lâches plus. C’est encore plus vrai quand il s’agit de shooter les World Apart – Oui ! Ils reviennent… Maintenant, est-ce que c’est une bonne nouvelle ? – le Boys Band n’arrêtant pas de bouger dans tous les sens, malgré leurs vingt ans de plus. Cela écrit, les trois sont toujours beaux gosses et bien roulés.

Il est possible de voir les photos que j’ai faites de l’émission. Par principe, j’attends que le show photographié soit diffusé. Il n’y a que mes photos de l’émission de fin mars mais feel free – en anglais, ça veut juste dire, ne te gêne pas, fais comme chez toi – et va sur ce lien :

Bienvenue chez Cauet – Les photos de Mister Vautier

De surcroît, certaines photos sont en exclusivité chez Abaca Presse. Ceci explique pourquoi il n’y en a pas trop, pour le moment. Mais comme je suis un homme d’une extrême gentillesse, je ne vais pas vous laisser sans apprécier une jolie photo prise sur le plateau. Oui, j’ai presqu’envie d’écrire que je ne suis pas passé loin d’une œuvre d’art. Bon, allez, je le dis : j’ai photographié un beau moment.

Non, je déconne. C’est une jolie photo, voilà tout. Pas de quoi faire dérailler un train de marchandises, mais bon, je l’aime bien.

Miss Belles Fesses

;

Je vais être honnête. Je préfère photographier des people à l’égo surdimensionné que des politiques dont la conduite se résume à une phrase : Parole de p…. Les premiers, avec leurs bonnes petites gueules et leurs jolies petites fesses, nous amusent. Les seconds n’ont ni l’un ni l’autre. Pourtant, ils chantent. Toujours faux.

Mais je m’égare. Que me prend-il ? Je parle de sujets… Que dis-je ? Je ne parle pas, je pratique le hors-sujet. Revenons donc à mes moutons.

J’ai eu la surprise de retrouver Denis Maréchal, ancien compatriote du regretté Carré Blanc, aujourd’hui produit par Juste pour Rire et sur le point de sortir un nouveau one-man show.

Denis Marechal chez "Bienvenue chez Cauet"

Pour répondre à vos questions que je devine pressantes, Cauet est sympathique et disponible. L’homme se prête volontiers aux poses photos avec le public, embrasse des joues – pas toujours bien rasées – et, quand un brave homme lui propose une idée infaillible ( et aussi vieille que ma première déclaration de revenus ) répond invariablement par : “- Oui, mon copain, mais pas maintenant.”

Son spectacle m’a agréablement surpris. Je pensais voir du Cauet télévisuel mais, diantre, non, il raconte son enfance en Picardie, ses débuts de DJ et la disparition de ses parents quand il n’était qu’un gosse. On en revient toujours au même constat. A la question : “- Pourquoi montez-vous sur scène ?” La réponse est invariablement la même : “- J’ai besoin qu’on m’aime.” Et dans le cas de l’animateur, le départ trop rapide de son père et de sa mère explique toute l’histoire. Il le dit d’ailleurs pendant le spectacle. Allez le voir,

Quand je suis sorti du studio, vers les 22 heures, j’avais ce sentiment d’avoir fait de bonnes photos. Si vous êtes bien sage, je vous montrerai la photo de l’homme habillé en femme qui chante et du karatéka qui pratique le Jeet Kune Do, art martial inventé par Bruce Lee et bien sûr, des Worlds Apart. Mais qu’est-ce qu’ils chantaient déjà ?

Ah oui… Je te dooonnne, je te dooonnneeee !

Moi, en regardant mon papier, j’ai bien donné.

Bon, allez, j’ai des valises à faire, moi. Je rentre sur l’île de Ré demain.

I love you. All of you.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :