Ça ne peut pas faire de mal

20120406-125328.jpg

Je dis ce que je vois, hein… J’ai trois papiers à livrer pour ce nouveau blog, je suis drôlement en retard et voilà, je bouscule un ordre bien établi. Au diable, mes articles : ils attendront.

En entrant dans le train de banlieue en charge de m’amener sur Paname, j’avise le graffiti sur la fenêtre jouxtant mon siège. Peu importe de savoir qui l’a écrit. Quelqu’un qui ne peut faire sa vie sans Mathias.

Ça me touche toujours autant, ces déclarations sauvages.

I love you. All of you. And L.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s